Imprimer cette page

Vaekehu (traduction française)

Écrit par

Une ode à la grande dame-haatepeiù de Nukuhiva dont les prières aux dieux ancestraux pour soulager son peuple sont restées sans effet.

vaekehu cadre rouge

(Vaekehu photographiée par Henri Lemasson en 1898)

Les mots entre parenthèses viennent éclairer le lecteur sur la structure grammaticale de la phrase que l’artiste-poète a jugé bon construire à sa guise.

VAEKEHU

Vaimata no òe Vaekehu

te i tahe no to òe ati.

E ìte nei to òe mata

e pao nei i te mate.

Vaekehu, Vaekehu ē,

ua taui(*) te tai.(x2)


Vaimata no òe Vaekehu

te i tahe no to òe ati.

E ìte nei to òe mata

e pao nei i te mate.

Vaekehu, Vaekehu ē,

ua taui (*) te tai. (x2)


Ua ape òe (i) te tau etua ènana,

a toko a toko mai.

Ua noho mutu âtou.

E hoà nei òe (i) te uē kāòha

no to òe ati. (x2)


Ua ape òe (i) te tau etua ènana,

a toko a toko mai.

Ua noho mutu âtou.

E hoà nei òe (i) te uē kāòha

no to òe ati. (x2)


Ē Vaekehu, e ite nei òe

ua taui(*) te tai i tēnei.

Ua hika te mana ènana,

e mana hou te i tihe mai.

Vaekehu, Vaekehu ē,

ua taui(*) te tai. (x2)


Ua ape òe (i) te tau etua ènana,

a toko a toko mai.

Ua noho mutu âtou.

E hoà nei òe (i) te uē kāòha

no to òe ati. (x2)

Vaekehu, ce sont tes larmes

qui coulent pour tes tribus.

Tu vois de tes yeux

que la mort les emporte.

Vaekehu, Vaekehu eh,

les temps changent. (x2)


Vaekehu, ce sont tes larmes

qui coulent pour tes tribus.

Tu vois de tes yeux

que la mort les emporte.

Vaekehu, Vaekehu eh,

les temps changent. (x2)


Tu as imploré les dieux ènana

pour qu’ils te viennent en aide.

Ils sont restés muets.

En vain, tes larmes réclament pitié

pour tes tribus. (x2)


Tu as imploré les dieux ènana

pour qu’ils te viennent en aide.

Ils sont restés muets.

En vain, tes larmes réclament pitié

pour tes tribus. (x2)


Eh Vaekehu, tu vois bien

que les temps ont changé.

Le mana ènana est vaincu,

un nouveau mana est arrivé.

Vaekehu, Vaekehu, eh,

Les temps changent. (x2)


Tu as imploré les dieux ènana

pour qu’ils te viennent en aide.

Ils sont restés muets.

En vain, tes larmes réclament pitié

pour tes tribus. (x2)

(*) le verbe taui est un mot tahitien signifiant changer, échanger.
Son équivalent marquisien est huìkē qui est un verbe d'état = être changé, différent.
Pour en faire un verbe actif transitif, il faut lui ajouter le préfixe haa : haahuìkē, changer.

 

Paroles originales de Moetai Huioutu,

Traduction de Jacques Iakopo Pelleau, avril 2015.

 

Comments est propulsé par CComment