INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 20/07/2019, PLUS DE 10000 VISITEURS EN 4 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!    (1- DE NOUVEAUX ARTICLES SONT PUBLIES CHAQUE SEMAINE (2- SUR LA PAGE D'ACCUEIL,  LES PUBLICATIONS LES PLUS RÉCENTES SONT EN HAUT DE LISTE. Retrouvez les plus anciennes dans leur rubrique respective.   À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

Mon arrivée aux îles Marquises en 1995 marqua le début d'un long travail de recherche sur la langue marquisienne, te èo ènana/ènata.  
Le mot français « histoire » fait face à plusieurs possibilités de traduction en marquisien.
Il y a quelque temps, je vous proposais les magnifiques mots « moenahu / moenehu » et « papatohua » pour exprimer la désuétude, l’oubli. Depuis lors, au cours de mes recherches, j’ai trouvé les verbes qui expriment l’idée de « raviver, faire revivre, faire renaître ce qui a été oublié ».
Voici quelques mots tombés en désuétude trouvés dans le dictionnaire de Mgr Dordillon.
À la page 197-I du dictionnaire de Mgr Dordillon, j’ai découvert le mot « nike », vocable sudiste signifiant « perdre, être perdant/vaincu ».
Par manque de véritables saisons aux Marquises, beaucoup de gens ignorent comment différencier la saison chaude de la saison fraîche, « l’été » de « l’hiver », en matière de vocabulaire. Dans l’ancien temps cependant, ce n’était pas le cas.
L’artisanat marquisien est réputé dans le monde entier depuis plus de deux siècles. Les objets conservés dans les musées sont le témoignage émouvant d’une culture et d’un savoir-faire que de nombreux artisans de notre temps ont repris à leur compte.
Mon étude de la langue marquisienne m'a fait découvrir des dizaines de mots magnifiques et précieux que je vous propose dans la série «Le mot du jour». Pour ce premier article, penchons-nous sur le mot heihei = être embarrassé.