INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 20/07/2019, PLUS DE 10000 VISITEURS EN 4 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!    (1- DE NOUVEAUX ARTICLES SONT PUBLIES CHAQUE SEMAINE (2- SUR LA PAGE D'ACCUEIL,  LES PUBLICATIONS LES PLUS RÉCENTES SONT EN HAUT DE LISTE. Retrouvez les plus anciennes dans leur rubrique respective.   À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

Les deux radios locales des îles Marquises ont des animateurs et animatrices très compétents/compétentes et dévoués/dévouées qui s’efforcent de respecter la langue marquisienne ; parfois, cependant, j’entends leurs invités utiliser des mots français, tahitiens ou étrangers qui polluent cette belle langue.
Depuis le premier renversement de majorité à l’Assemblée de la Polynésie française en 2004, le mot tahitien « taui » a pris une place de choix dans le vocabulaire polynésien pour exprimer le changement, et ce, jusqu’aux Marquises.
La pression linguistique de la langue tahitienne sur les autres langues vernaculaires de Polynésie française est parfois tellement forte qu’elle parvient à infiltrer jusqu’à la langue française. C’est ainsi les deux mots tahitiens "fa’a’apu" et "fa’a’amu" se retrouvent fréquemment utilisés en français aussi bien qu’en marquisien.
Pour exprimer l’étonnement, la surprise ou l’émerveillement, il faut cesser d’utiliser les mots tahitiens « māere » et « fa’ahiahia ».
 Cette tournure de phrase tahitienne sert à traduire la formule : chercher les moyens (de faire quelque chose).
Encore un mot tahitien entendu récemment sur une des deux radios des Marquises : « E ìma paha pūpū ».
Encore deux mots tahitiens entendus récemment sur une des deux radios des Marquises : 1) - « I te ārea no mars… » 2) - « I te taime o te vakai ».
Dans cet article, je propose les mots marquisiens « toko, pātoko » (aider, soutenir) pour remplacer « tauturu », mot tahitien fréquemment utilisé en marquisien.
Considérons l’expression tahitienne « fa’atura i te ture » (respecter la loi) ! Pourquoi cette locution continue-t-elle à être employée à tort par nombre de Marquisiens alors qu’ils disposent de jolis mots équivalents dans leur langue ?