INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 19/11/2020, PLUS DE 25000 VISITEURS EN 21 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! /KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

PAEPAEÀKI, NOM ANCESTRAL OUBLIÉ DE LA BAIE DE TAIOHAÈ ?

Écrit par

PAEPAEÀKI, NOM ANCESTRAL DE LA BAIE DE TAIOHAÈ ?

nuku hiva entree baie de taiohae Copie

Entrée de la Baie de Taiohaè montrant les deux îlots en marquant l'entrée; les deux « Soeurs », comme les nomme Fanning.


En mai 1798, le navire américain Betsey fait escale à Taiohaè ; il est commandé par le capitaine Edmund Fanning. À son bord, se trouve aussi le Pasteur William Pascoe Crook qui vient de passer un an à Tahuata et qui restera jusqu’en janvier 1799 à Nukuhiva.

Afin de faire connaître à mes lecteurs le récit de cette escale aux Marquises, j’ai traduit de l’anglais la partie la concernant dans le journal de Fanning, et que je vais publier sous peu avec beaucoup de joie car elle révèle des détails jamais lus ou entendus par un francophone.

Dans ce journal, Fanning fait la description de la baie de Taiohaè qu’il nomme « Tiuhoy » ; il écrit aussi que la partie de la baie où leur navire est mouillé (face à la plage de Vainahō) se nomme « Payepayeachee ».

Quand on maîtrise l’anglais, on sait que le mot « ache/faire mal » se prononce [eik] et que « -ee » se prononce [i] ; donc, « -achee » se prononcerait [eiki]. Comme la lettre « a » se prononce [ei] en anglais, on peut déduire que « -achee » signifie « àki/le ciel » en marquisien. Pour le début du mot « Payepaye », il me fut facile de deviner qu’il s’agissait du mot marquisien « paepae », ou plate-forme de pierres.

Le nom de la partie orientale de la baie de Taiohaè se nommait donc « Paepaeàki » ou « Plate-forme céleste », qui est peut-être une référence au reflet du ciel dans la baie, un peu comme un « Miroir céleste ».

Avant de publier cet article, j’ai demandé à Mama Teèi Félicité Kimitete si elle connaissait ce nom : elle m’a répondu que non. Pour elle, la baie, c’est la Baie de Taiohaè, ou bien Port Anna-Maria (comme on l’appelait aussi autrefois suite au passage du Daedalus, le 1er navire étranger à jamais faire escale dans la baie en 1792, et à laquelle son capitaine, Hergest, donna ce nom.)

Voici ce qu’écrit Edmund Fanning entre les pages 209 et 210 de son journal :

« Le port de Paepaeàki est excellent et possède de nombreux atouts : il est situé dans une baie exceptionnelle d’un côté de laquelle, face à la plage (* de Vainahō), se trouvait notre mouillage (1). Au cours de nos opérations de reconnaissance et de sondage, nous ne trouvâmes ni rocher ni danger affleurant à la surface de l’eau, si bien qu’un navire peut se présenter fièrement devant les « Deux Sœurs » (un bon point de repère pour reconnaître ce port) (* Il s’agit des îlots Motunui et Mataùapuna), passer entre les deux, et se diriger vers la plage au nord-est en face de laquelle il pourra jeter l’ancre à sa convenance suivant la profondeur de l’eau qui varie de dix à vingt brasses (* de 18 à 36 mètres) en fonction de l’éloignement de la plage. Lorsque les alizés soufflent du nord-est, les gros navires devraient jeter l’ancre entre les « Deux Sœurs », puis entrer en se faisant remorquer car le vent qui descend des montagnes alterne entre fortes rafales et accalmies qui pourraient le faire dévier de sa route ; les goélettes à deux mâts, quant à elles, peuvent y pénétrer en toute sécurité même dans de telles conditions. »

paepaeaki ottino taiohae palimma      
Extrait de la carte toponymique de Nukuhiva. Document de travail de Pierre Ottino - PALIMMA 2015
Le nom de Paepaeàki n'y figure pas

(1) Paepaeàki n'est donc pas le nom de toute la baie mais seulement de la partie qui fait face à la plage de Vainahō, aux pieds de la colline Tūhiva.

Cette découverte est un exemple de ce que les récits d’étrangers passant aux Marquises peuvent nous apprendre de l’ancien temps ; il serait dommage de s’en priver, pour quelque motif que ce soit.

Un jour peut-être, le nom de PAEPAEÀKI fera-t-il sa réapparition sur des cartes à côté de Hakapehi et Kuvea ?

Cliquer sur ce lien pour lire le récit complet des escales de Fanning à Tahuata et Nukuhiva


Rédigé par Jacques Iakopo Pelleau – Taiohaè – Août 2020

 

Comments est propulsé par CComment