INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 10/09/2019, PLUS DE 12000 VISITEURS EN 6 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE DE CHAQUE DIMANCHE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

HŌHO’A/HOPE’A vs ATA/PAOÌA

Écrit par


premier dernier

Sur Facebook, en lisant les commentaires écrits par des Marquisiens, on trouve encore des mots tahitiens tels que « hōho’a » avec le sens de « photo, image », et « hope’a » avec le sens de « dernier, dernière ».

Le premier se retrouve en marquisien et s’écrit « hohoà » ; d’après le dictionnaire de Mgr Dordillon, ce verbe signifie « déployer, étendre » comme dans l’exemple « La frégate déploya ses ailes et s’envola » « U hohoà te mokohe i to īa pekeheu, ua ona atu ».

Si l'on trouve aussi le mot « hope » en marquisien avec les significations de « derrière, queue, bout ; moitié, demi », on ne trouve de mot « hope’a » dans aucun dictionnaire marquisien.

 

C’est le dictionnaire de l’académie tahitienne qui nous renseigne sur les deux mots qui nous intéressent aujourd’hui.

*- Pour le mot « hōho’a » page 197, on peut lire « 1) - image, effigie, forme 2) - photographie, film ».

*- En marquisien, c’est le mot « ata » qui recouvre toutes ces acceptions. D’autant plus que le dictionnaire Dordillon ajoute que le verbe « ata » signifie « apparaître, paraître, se dessiner, marquer/laisser une trace, une image ».

Pour illustrer ce mot « ata », voici quelques exemples : « prendre une photo » se dit « e pata i te ata » ; « Un film, une vidéo » se traduisent par « he ata vii », un dessin animé « he ata keùe ».

Concernant le mot « hope’a », page 200, le dictionnaire tahitien donne des définitions assez proches du mot marquisien « hope », à savoir « bout, extrémité, fin ».

Dans certaines circonstances, on pourrait même utiliser ce mot « hope », mais pas le mot « hope’a », pour traduire ces dernières acceptions. Et dans le sens précis de « fin », on doit le remplacer par « paoìa » au nord et les variantes « paona, paotina, paotia » au sud. Pour « cette fin de semaine », on dit « tēnei paoìa âtapu » ; et pour parler de la dernière photo d’un album, on ne dira plus « te hoho’a hope’a » mais « te ata paoìa/paona ».

(Rédigé par Jacques Iakopo Pelleau (2015, corrigé 2019)

 

Comments est propulsé par CComment