INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 05/10/2021, PLUS DE 39000 VISITEURS EN 2 ANS ET 7 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! /KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

DEGRÉS DE PARENTÉ (Marquisien-français) - TE HAKATU O TE HUAAHAÈ (NUKU HIVA)

Écrit par

TE HAKATU O TE HUAAHAÈ – DEGRÉS DE PARENTÉ (NUKU HIVA)

E aha te hakatu o te huaahaè ? O ai to òe motua tuaana ? O ai to òe kui teina motua ? Na tēnei tumutekao e haamāàma oti ia òe.
Quelles sont les appellations traditionnelles des degrés de parenté en marquisien ? Jacques Iakopo Pelleau fait ici le point des données qu’il a rassemblées pour vous.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

*- I Ua Pou, i te èhua 1995, u tuku mai Moetini Hou-Yi i tītahi paka hāmani ta īa i patu no ù mea haavivini i te hakatu o te huaahaè. Ua tihe te ava no te haamaakau i te hana taetae oko i hanaìa e hua haatepēiù no te kave i te òko o te èo ènana. Koùtaù nui ia koe, e Moetini !
Tītahi, koùtaù nui i nā tuhuka èo, ia Tumuehitu Tamarii me Teautaipi Teikitekahioho no te tokoìa mai.

* - En plus des ouvrages cités dans la bibliographie, ce document est en grande partie la retranscription d’un manuscrit que m’avait confié Madame Hou-Yi Moetini de Ua Pou en 1995. Je salue ici la mémoire d’une grande dame disparue en avril 2021.
Je remercie aussi les deux académiciens Tumuehitu Tamarii et Teautaipi Teikitekahioho pour les appellations généalogiques de Nuku Hiva.

*- U patuìa te tau ponatekao ma he èo Nuku Hiva.
*- Le parler utilisé est celui de Nuku Hiva.


I – PAPA ME NĀ ÈO E ÙA - TABLEAU BILINGUE

ÈO ÈNANA

FRANÇAIS

*- Vehine

*- Vāhana

*- Épouse, femme ; autrefois, sœurs de l’épouse.

*- Époux, mari ; homme (végétaux mâles) ; autrefois, frères de l’époux.

*- Tama

*- Tōìki

*- Tama hāmua

*- Tama paoìa

*- Tamāòa, poìti

*- Moî, pahoè

*- Pokoèhu

*- Kaìoi

*- Enfant (de quelqu’un)

*- Enfants (en général)

*- Enfant premier né

*- Benjamin

*- Fils, garçonnet

*- Fille, fillette

*- Jeune fille nubile

*- Adolescents (filles et garçons)

*- Tuehine

*- Tuàne

*- Tuaana

*- Teina

 

*- Désigne une sœur pour ses frères uniquement ; de nos jours, certains ajoutent la mention tuaana/aînée, teina/cadette.

*- Désigne un frère pour ses sœurs seulement ; de nos jours, certains ajoutent la mention tuaana/aîné, teina/cadet.

*- Tous les frères aînés d’un garçon et toutes les sœurs aînées d’une fille.

*- Tous les frères cadets d’un garçon et toutes les sœurs cadettes d’une fille.

TOUS LES COUSINS ET COUSINES.

*- Te tau tai i ùka aè

*- Poopuna

*- Òuoho

*- Hina

*- Hinarere

*- Peka

*- Tūoi

*- …

*- La descendance, selon les appellations de Nuku Hiva.

*- 2ème génération : petits enfants (Mootua est tahitien)

*- 3ème génération

*- 4ème génération

*- 5ème génération

*- 6ème génération

*- 7ème génération

*- …

*- Tupuna

*- Tupuna motua

*- Tupuna kui

*- Kooūa

*- Pakahio/Pahio

*- Ancêtre, aïeul

*- Grand-père

*- Grand-mère

*- Un ancien ; nom donné désormais à son grand-père.

*- Une femme âgée ; nom donné désormais à sa grand-mère.


HAKATU - REMARQUE

1a) - No te vehine, mea kē to īa huaa tuehine TUAANA, mea kē to īa huaa tuehine TEINA. Te toitoiìa, no te huaa TUÀNE o tītahi vehine, e tahi ponatekao ; mea à, i tēnei tai hou, mea nui te vehine e peàu TUÀNE TUAANA, akoè à TUÀNE TEINA.
1b) - Une sœur fait la différence entre ses sœurs aînées TUAANA, et ses sœurs cadettes TEINA. Normalement, elle appelle tous ses frères TUÀNE mais désormais, certains font la différence entre les frères aînés/tuaana et le cadets/teina.

2a) - No te vāhana, mea kē to īa huaa tuàne TUAANA, mea kē to īa huaa tuàne TEINA. Te toitoiìa, no te huaa TUEHINE o tītahi vāhana, e tahi ponatekao ; mea à, i tēnei tai hou, mea nui te vāhana e peàu TUEHINE TUAANA, akoè à TUEHINE TEINA.
2b) – Un frère fait la différence entre ses frères aînés TUAANA, et ses frères cadets TEINA. Normalement, il appelle toutes ses sœurs TUEHINE mais désormais, certains font la différence entre les sœurs aînées/tuaana et le cadettes/teina.

 

II – TE MOTUA KUI – LES PARENTS

1) – KUI/MÈRE

*- O ai e apaìa KUI ?
*- Qui appelle-t-on MÈRE ?

*- Ua apaìa KUI te vehine i hānau ia ù me to īa tau tuaana akoè à teina paotū.
*- J’appelle MÈRE la femme qui m’a enfanté ainsi que toutes ses sœurs.


2) – MOTUA/PÈRE

*- O ai e apaìa MOTUA ?
*- Qui appelle-t-on PÈRE ?

*- Ua apaìa MOTUA te vāhana i hānau ia ù me to īa tau tuaana akoè à teina paotū.
*- J’appelle PÈRE l’homme qui m’a engendré ainsi que tous ses frères.


III – ONCLES ET TANTES

A) – I TE KĒKĒ MOTUA / DU CÔTÉ PATERNEL


*- U haatoitoiìa te ponatekao KUI/MOTUA me tītahi ponatekao kē vāàna i te tūìa o te vehine/vāhana i òto iho o te huaahaè.
*- Les appellations KUI/MÈRE et MOTUA/PÈRE sont développées en fonction des degrés de parenté.


1) - MOTUA TUAANA, MOTUA TEINA/ONCLE PATERNEL


a1) – O ai e apaìa MOTUA TUAANA ?
a2) - Qui appelle-t-on ONCLE PATERNEL (Frère aîné du père) ?

b1) - U peàu te tama he MOTUA TUAANA no īa te huaa tuàne tuaana o to īa motua hānau.
b2) - Un enfant appelle ONCLE PATERNEL tous les frères aînés de son père biologique.

c1) – O ai e apaìa MOTUA TEINA ?
c2) - Qui appelle-t-on ONCLE PATERNEL (Frère cadet du père) ?

d1) - U peàu te tama he MOTUA TEINA no īa te huaa tuàne teina o to īa motua hānau.
d2) - Un enfant appelle ONCLE PATERNEL tous les frères cadets de son père biologique.

 

2) – MOTUA TUAANA KUI, MOTUA TEINA KUI /ONCLE MATERNEL


a1) - O ai e apaìa MOTUA TUAANA KUI ?
a2) - Qui appelle-t-on ONCLE MATERNEL, frère aîné de la mère ?


b1) - U peàu te tama he MOTUA TUAANA KUI no īa te huaa tuàne tuaana o to īa kui hānau.
b2) - Un enfant appelle ONCLE MATERNEL tous les frères aînés de sa mère biologique.


c1) - O ai e apaìa MOTUA TEINA KUI ?
c2) - Qui appelle-t-on ONCLE MATERNEL, frère cadet de la mère ?


d1) - U peàu te tama he MOTUA TEINA KUI no īa te huaa tuàne teina o to īa kui hānau.
d2) - Un enfant appelle ONCLE MATERNEL tous les frères cadets de sa mère biologique.


B) – I TE KĒKĒ KUI / DU CÔTÉ MATERNEL


1) – KUI TUAANA, KUI TEINA/TANTE MATERNELLE


a1) - O ai e apaìa KUI TUAANA ?
a2) - Qui appelle-t-on TANTE MATERNELLE, sœur aînée de la mère ?


b1) - U peàu te tama he KUI TUAANA no īa te huaa tuehine tuaana o to īa kui hānau.
b2) - Un enfant appelle TANTE MATERNELLE la sœur aînée ou les sœurs aînées de sa mère biologique.


c1) - O ai e apaìa KUI TEINA ?
c2) - Qui appelle-t-on TANTE MATERNELLE, sœur cadette de la mère ?


d1) - U peàu te tama he KUI TEINA no īa te huaa tuehine teina o to īa kui hānau.
d2) - Un enfant appelle TANTE MATERNELLE la sœur cadette ou les sœurs cadettes de sa mère biologique.


2) – KUI TUAANA MOTUA, KUI TEINA MOTUA /TANTE PATERNELLE


a1) - O ai e apaìa KUI TUAANA MOTUA ?
a2) - Qui appelle-t-on TANTE PATERNELLE, sœur aînée du père ?


b1) - U peàu te tama he KUI TUAANA MOTUA no īa te huaa tuehine tuaana o to īa motua hānau.
b2) - Un enfant appelle TANTE PATERNELLE toutes les sœurs aînées de son père biologique.


c1) - O ai e apaìa KUI TEINA MOTUA ?
c2) - Qui appelle-t-on TANTE PATERNELLE, sœur cadette du père ?


d1) - U peàu te tama he KUI TEINA MOTUA no īa te huaa tuehine teina o to īa motua hānau.
d2) - Un enfant appelle TANTE PATERNELLE toutes les sœurs cadettes de son père biologique.

 

IV – TAMA, MOÎ, IÀMUTU – NEVEUX, NIÈCES


1) – TAMA, MOÎ/FILS, FILLE


a1) - O ai e apaìa TAMA/MOΠ?
a2) - Qui appelle-t-on FILS/FILLE ?


b1) - U peàu te vāhana e TAMA/MOÎ na īa ta īa iho huaa tama me te huaa tama a to īa tuaana akoè à teina paotū.
b2) - Un homme appelle FILS/FILLE ses propres enfants et les enfants de ses frères (qui deviennent ses propres enfants et non pas ses « neveux/nièces » au sens propre).


c1) - U peàu te vehine e TAMA/MOÎ na īa ta īa iho huaa tama me te huaa tama a to īa tuaana akoè à teina paotū.
c2) - Une femme appelle FILS/FILLE ses propres enfants et les enfants de ses sœurs (qui deviennent ses propres enfants et non pas ses « neveux/nièces » au sens propre).


2) – IÀMUTU/NEVEU, NIÈCE


a1) - O ai e apaìa IÀMUTU ?
a2) - Qui appelle-t-on NEVEU/NIÈCE ?


b1) - U peàu te vāhana e IÂMUTUna īa te huaa tama a to īa huaa tuehine.
b2) - Un homme appelle NEVEU/NIÈCE les enfants de ses sœurs.


c1) - U peàu te vehine e IÂMUTUna īa te huaa tama a to īa huaa tuàne.
c2) - Une femme appelle NEVEU, NIÈCE les enfants de ses frères.


d1) - Te toitoiìa, u peàuìa te ponatekao IÂMUTUtootahi no te tau mahaì me tau moî ; mea à, i tēnei tai hou, u peàu te ènana IÂMUTUMOÎ akoè à IÂMUTUMAHAÌ.
d2) - Traditionnellement, le mot IÂMUTUs’emploie seul pour les deux sexes mais, de nos jours, si le besoin se fait sentir de préciser, on pourra dire : IÂMUTUMOÎ/NIÈCE et IÂMUTUMAHAÌ/NEVEU.



V – PAHUPAHU (Voir Robarts, Op. Cit P. 263)


1a) - O ai e apaìa PAHUPAHU ?
1b) - Qui appelle-t-on PAHUPAHU ?


2a) - U peàu te tama a tītahi vehine (apaìa IÀMUTU) e PAHUPAHU no īa te tuàne o hua vehine me ta īa vehine.
2b) - L’enfant d’une femme (appelé NEVEU, NIÈCE) appelle PAHUPAHU le couple formé par son oncle maternel et son épouse.


3a) - U peàu te tama a tītahi vāhana (apaìa IÀMUTU) e PAHUPAHU no īa te tuehine o hua vāhana me ta īa vāhana.
3b) - L’enfant d’un homme (appelé NEVEU, NIÈCE) appelle PAHUPAHU le couple formé par sa tante paternelle et son mari.


VI - RÉSUMÉ EN FRANÇAIS


ONCLES ET TANTES

Il y existe plusieurs façons pour un neveu ou une nièce de qualifier ses oncles et ses tantes :


1) – Un enfant appelle MÈRE/KUI sa mère biologique et toutes les sœurs de sa mère, appelées TANTES en français ; le mot MÈRE/KUI est ensuite développé selon les degrés de parenté.

2) – Un enfant appelle PÈRE/MOTUA son père biologique et tous les frères de son père, appelés ONCLES en français ; le mot PÈRE/MOTUA est ensuite développé selon les degrés de parenté.

3) - Un enfant appelle ONCLE PATERNEL/MOTUA TUAANA le frère AÎNÉ ou tous les frères aînés de son père biologique.

4) - Un enfant appelle ONCLE PATERNEL/MOTUA TEINA le frère CADET ou tous les frères CADETS de son père biologique.

 

5) - Un enfant appelle ONCLE MATERNEL/MOTUA TUAANA KUI le frère AÎNÉ OU tous les frères AÎNÉS de sa mère biologique.

6) - Un enfant appelle ONCLE MATERNEL/MOTUA TEINA KUI le frère CADET ou tous les frères CADETS de sa mère biologique.

7) - Un enfant appelle TANTE MATERNELLE/ KUI TUAANA la sœur AÎNÉE ou les sœurs AÎNÉES de sa mère biologique.

8) - Un enfant appelle TANTE MATERNELLE/ KUI TEINA la sœur CADETTE ou les sœurs CADETTES de sa mère biologique.

 

NEVEUX, NIÈCES

9a) - Un homme appelle FILS, FILLE/TAMA, MOÎ ses propres enfants et les enfants de ses frères qui deviennent ses propres enfants, et non pas ses neveux/nièces.
9b) – Une femme appelle FILS, FILLE/TAMA, MOÎ ses propres enfants et les enfants de ses sœurs qui deviennent ses propres enfants, et non pas ses neveux/nièces.

10a) - Un homme appelle NEVEU, NIÈCE/IÂMUTUles enfants de ses sœurs.
10b) – Une femme appelle NEVEU, NIÈCE/IÂMUTUles enfants de ses frères.

11a) - L’enfant d’une femme (appelé NEVEU, NIÈCE/ IÀMUTU) appelle PAHUPAHU le couple formé par un oncle maternel et son épouse.
11b) - L’enfant d’un homme (appelé NEVEU, NIÈCE/ IÀMUTU) appelle PAHUPAHU le couple formé par une tante paternelle et son mari.

 

RÉSUMÉ SIMPLIFIÉ

1) - Oncle paternel : motua, motua tuaana, motua teina.

2) - Tante maternelle : kui ; kui tuaana, kui teina.

3) - Oncle maternel : motua ; motua tuaana kui, motua teina kui ; avec son épouse : pahupahu.

4) - Tante paternelle : kui ; kui tuaana motua, kui teina motua ; avec son mari : pahupahu.

 

VII – BELLE-SŒUR, BEAU-FRÈRE


A) - VEHINE/VĀHANA


1a) - U peàu te vāhana e VEHINE na īa ta īa iho vehine me to īa huaa tuaana akoè à teina paotū.
1b) - Autrefois, un mari APPELAIT aussi VEHINE/ÉPOUSE les sœurs de sa femme, ses BELLES-SŒURS ; de nos jours, on peut préciser TOKETE VEHINE.


2a) - U peàu te vehine e VĀHANA na īa ta īa iho vāhana me to īa huaa tuaana akoè à teina paotū.
2b) - Autrefois, une femme APPELAIT aussi VĀHANA/ÉPOUX les frères de son époux, ses BEAUX-FRÈRES ; de nos jours, on peut préciser TOKETE VĀHANA.


B) - TOKETE


1a) - O ai e apaìa TOKETE ?
1b) - Qui appelle-t-on TOKETE/BELLE-SŒUR, BEAU-FRÈRE ?


2a) - U peàu te vehine e TOKETE na īa te huaa tuehine o ta īa vāhana.
2b) - Une épouse appelle TOKETE/BELLE-SŒUR toutes les sœurs de son mari.


3a) - U peàu te vāhana e TOKETE na īa te huaa tuàne o ta īa vehine.
3b) - Un mari appelle TOKETE/BEAU-FRÈRE tous les frères de son épouse.


4a) - Te toitoiìa, u peàuìa te ponatekao TOKETE tootahi no te tau vāhana me tau vehine ; mea à, i tēnei tai hou, u peàu te ènana TOKETE VEHINE akoè à TOKETE VĀHANA.
4b) - Traditionnellement, le mot TOKETE s’emploie seul pour les deux sexes mais, de nos jours, si le besoin se fait sentir de préciser, on pourra dire : TOKETE VEHINE/BELLE-SŒUR, TOKETE VĀHANA/BEAU-FRÈRE.

 

VIII – MOTUÒAI >>> BEAUX-PARENTS, BELLE-MÈRE, BEAU-PÈRE


1a) - O ai e apaìa MOTUÒAI ?
1b) - Qui appelle-t-on BEAUX-PARENTS ?


2a) - U peàu te vehine e MOTUÒAI no īa te motua kui o ta īa vāhana.
2b) - U peàu te vāhana e MOTUÒAI no īa te motua kui o ta īa vehine.
2c) - L’épouse et l’époux appellent BEAUX-PARENTS les parents de chacun de l’autre conjoint.


3a) - Te toitoiìa, u peàuìa te ponatekao MOTUÒAI tootahi no te tau vāhana me tau vehine ; mea à, i tēnei tai hou, u peàu te ènana MOTUÒAI VEHINE akoè à MOTUÒAI VĀHANA.
3b) -Traditionnellement, le mot MOTUÒAI s’emploie seul pour les deux sexes mais, de nos jours, si le besoin se fait sentir de préciser, on pourra dire : MOTUÒAI VEHINE, BELLE-MÈRE et MOTUÒAI VĀHANA/BEAU-PÈRE.


IX – HUÒNA >>> GENDRE ; BELLE-FILLE, BRU


1a) - O ai e apaìa HUÒNA ?
1b) - Qui appelle-t-on GENDRE ; BELLE-FILLE, BRU ?


2a) - U peàu te motua me te kui e HUÒNA no âua te vāhana a ta âua moî akoè à te vehine a ta âua tamāòa.
2b) - Les beaux-parents appellent HUÒNA leur gendre et leur belle-fille.


3a) - Te toitoiìa, u peàuìa te ponatekao HUÒNA tootahi no te tau vāhana me tau vehine ; mea à, i tēnei tai hou, u peàu te ènana HUÒNA MOÎ akoè à HUÒNA MAHAÌ.
3b) - Traditionnellement, le mot HUÒNA s’emploie seul pour les deux sexes mais, de nos jours, si le besoin se fait sentir de préciser, on pourra dire : HUÒNA MOÎ/BELLE-FILLE, BRU, et HUÒNA MAHAÌ, GENDRE.


Rédigé par Jacques Iakopo Pelleau à Taiohae en septembre 2021

 

BIBLIOGRAPHIE

*- Le Cléac’h, Mgr Hervé « Pona Tekao Tapapa ‘ia », Association Èo Ènata, Tahiti, 1997 ; pages 173/174.

*- Robarts, Edward « Journal Marquisien, 1798-1806 » ; traduction de Jacques Iakopo Pelleau, Haere Pō, Tahiti, 2018 ; page 263.

 

Informations supplémentaires

  • VideoCenter: Non

Comments est propulsé par CComment