INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 20/11/2021, PLUS DE 41000 VISITEURS EN 2 ANS ET 8 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! /KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

MARS 1863 : CODE DORDILLON / DE LA RICHERIE – Intégralité des textes officiels

Écrit par

MARS 1863 : CODE DORDILLON/DE LA RICHERIE – Intégralité des textes officiels

L’année 1863 est l’« Annus horribilis » des ènana, particulièrement ceux de Nuku Hiva.
Incluse dans une période de grande sécheresse qui dure sept années, elle se poursuit en août par l’épidémie de variole qui fera plus de 1500 morts dans les mois suivant.
Elle se termine par la mort de Temoana, grand-chef de Nuku Hiva le 13 septembre.
Elle marque l’histoire des îles Marquises par la publication conjointe de Mgr René Ildefonse Dordillon et du Commissaire impérial Louis Eugène Gaultier de la Richerie d’un document intitulé du « Règlement du 20 mars 1863 pour la conduite des indigènes de l’île Nuka-Hiva » qui porte une interdiction massive sur tout ce qui faisait l’âme des Marquises et des Marquisiens

Contrairement à ce qu’on l’entend parfois, la langue ne faisait pas partie des interdits. Bien au contraire, depuis leur arrivée, elle fut étudiée par les missionnaires, Mgr Dordillon tout particulièrement, qui en avaient besoin pour évangéliser la population. Ce n’est qu’après la Seconde guerre mondiale que la IVème république s’est lancée dans une campagne de mépris des autres langues de la République en les bannissant du système éducatif ; une posture qui, malgré des améliorations, est toujours de mise.

Cet article publie en fac-simile tous les décrets concernant ce document qui provient des archives du BOEFO PF ; on peut y avoir accès en suivant ce lien.

Je remercie chaleureusement Gaëtan Girard-Ratrenaharimanga, premier conseiller de tribunal administratif et de cour administrative d'appel, en poste à Melun, mais aussi grand amoureux des outre-mers, et un fidèle lecteur, de m’avoir guidé jusqu’à ces précieux documents.

 

BREF RAPPEL HISTORIQUE

En février 1863, afin de mettre un terme au désordre qui règne dans l’archipel, Mgr Dordillon se rend à Tahiti où, en collaboration avec le Commissaire impérial Gaultier de la Richerie, il fait établir plusieurs arrêtés et un règlement concernant l’administration des Marquises.

                                               gaultier de la richerie mgr dordillon Copy

De gauche à droite, le Commissaire impérial Louis Eugène Gaultier de la Richerie et Mgr René Ildefonse Dordillon

Le 19 mars, l’article premier de l’arrêté n° 18 réglant le service spécial stipule : « Le service spécial de l’archipel des Marquises sera dirigé par deux fonctionnaires nommés par nous et habitant la baie de Taiohae (Île Nuka Hiva). Ces deux fonctionnaires, le premier sous le titre de Résident, le second sous le titre de Directeur des affaires indigènes, relèveront de l’autorité des chefs de la colonie. »

Le 20 mars, Mgr Dordillon est nommé Directeur des affaires indigènes et est chargé de faire appliquer le Règlement pour la conduite des indigènes de l’île Nuka Hiva dont la liste des interdits peut être consultée dans les documents qui suivent.

1863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 11863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 21863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 31863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 41863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 51863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 61863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 71863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 81863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 91863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 101863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 111863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 121863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 131863 03 19.20 reglement BOEFO 1863 p42 55 14

 

                                             temoana dombasle 1848 500ko moanatini 1893 1

De gauche à droite, Temoana dessiné par Adèle Dombasle en 1848,
et Stanislas Moanatini en avril 1893, cinq mois avant sa mort.

Après la mort de Temoana le 12 septembre 1863, et l’application stricte des lois de 1863, le titre de grand-chef de Nuku Hiva revient à son seul héritier, son fils unique, Stanislas Moanatini (voir arrêté ci-dessous; BOEFO_1864_N05_p_121)

1864 02 22 STANSISLAS GRAND CHEF BO 1864 N05 p 121

REMARQUE : Selon les experts financiers, un franc de l'époque équivaudrait à 3.27 €, donc 600 francs = 1962 € = 234125 cfp ; 2000 francs = 6540 € = 780418 cfp

Rédigé par Jacques Iakopo Pelleau - Septembre 2021 à Taiohae

 

Informations supplémentaires

  • VideoCenter: Non

Comments est propulsé par CComment