INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 01/07/2020, PLUS DE 19700 VISITEURS EN 14 MOIS dont 1200 ce dernier mois !!! MERCI À TOUS !!! KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

Moenahu/Papatohua : notion de désuétude et d'oubli...

Écrit par

oubli

Voici quelques mots tombés en désuétude trouvés dans le dictionnaire de Mgr Dordillon :

*- Moenahu/moenehu, page 188-I.

1)- Objet qui est longtemps resté perdu ou oublié en terre ou sur le sol.

2)- Discours, mot tombé dans l’oubli à tombé en désuétude à DÉSUET.

3)- Discours qui traine en longueur.

Voilà un mot magnifique qui peut caractériser les mots anciens tombés dans l’oubli. Il s’est tellement perdu que des amis marquisiens de Nukuhiva auxquels je demandais s’ils le connaissaient ont répondu que c’était un mot « du sud » et qu’à Nukuhiva on disait moèhu.

Mais moèhu signifie : banni, exilé, proscrit ; prisonnier de guerre, esclave (Dordillon, 188-I); cela n’a rien à voir.

Personnellement, je pense que l’erreur ou la confusion proviennent encore d’une interférence avec le mot tahitien « mo’e » signifiant « être perdu, oublié »…

*- Page 216-I, on trouve aussi papatohua avec le même sens ; joli, non ?

 

Rédigé par Jacques Iakopo Pelleau

 

Plus dans cette catégorie : « Perdre et Gagner Raviver, Faire Revivre... »

Comments est propulsé par CComment