INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 20/07/2019, PLUS DE 10000 VISITEURS EN 4 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!    (1- DE NOUVEAUX ARTICLES SONT PUBLIES CHAQUE SEMAINE (2- SUR LA PAGE D'ACCUEIL,  LES PUBLICATIONS LES PLUS RÉCENTES SONT EN HAUT DE LISTE. Retrouvez les plus anciennes dans leur rubrique respective.   À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

14 juillet 2019 - Jacques Iakopo PELLEAU, Chevalier des Arts et des Lettres (Photos, film et texte du discours)

I- Quelques photos de la remise de décoration à Jacques Iakopo Pelleau 

190714 0

190714 1

190714 2

190714 3

190714 5

190714 6

190714 7

190714 8

 La journée du 14 juillet à Taiohaè sur le site du Haut-commissariat


II- Le film de la remise de décoration à Jacques Iakopo Pelleau (Réalisation Lionel Gouverneur, Photo Marquises)

 

III- Le texte du discours en français et en marquisien.
En raison de l'émotion, le discours ne suit pas toujours l'ordre du document écrit.

Kāòha nui tātou paotū,

Bonjour tout le monde !

Comme le disait l’acteur Jean Dujardin lorsqu’on lui a remis un oscar pour son rôle muet dans le film « The artist », « L’artiste » :

« C’est beaucoup trop mais ça fait vachement plaisir. »

C’est beaucoup trop, car tout ce travail, je l’ai fait par amour et pour le partage.

Ça fait vachement plaisir parce que ça démontre la reconnaissance de l’État au plus haut niveau culturel. Cela démontre que l’État s’intéresse aux Marquises et aux Marquisiens sur lesquels rejaillit cette décoration.

Pourquoi ai-je accepté cette décoration ?

Quand Thierry Humbert m’a fait part de son intention de demander cette médaille, je lui ai dit que ce n’était pas nécessaire. Il m’a conseillé d’y réfléchir.

J’y ai réfléchi et je me suis souvenu de deux de mes anciens professeurs qui avaient déterminé, en partie, la suite de mon existence : mon professeur d’anglais et mon professeur d’histoire, tous deux prêtres catholiques. J’ai bénéficié de leur enseignement de la 6ème à la terminale. Grâce au premier, je suis devenu professeur d’anglais et j’ai voyagé de par le monde ; grâce au second, et à mon goût prononcé pour l’Histoire dès mon enfance, j’ai appris à cadrer ma pensée avec rigueur.

Ce don pour l’anglais et les langues ainsi que cette inclinaison pour l’Histoire participent d’un même besoin : comprendre l’autre. Le comprendre quand il s’exprime dans sa langue et tenter de nouer les fils de son passé qui font de lui ce qu’il est devenu.

En 1995, avant mon départ pour Ùapou, j’ai voulu aller dire merci à ces deux anciens professeurs dans leur maison de retraite mais ils étaient morts. Je n’ai donc pu leur témoigner ma gratitude.

C’est la raison qui m’a convaincu d’accepter cette décoration. Lorsqu’on vous fait un cadeau, lorsqu’on vous manifeste de la reconnaissance, il faut accepter tant qu’on est encore de ce monde…

Cette médaille de chevalier des Arts et des Lettres, je ne l’ai pas demandée ; c’est Thierry Humbert, notre komanā, qui a déposé pour moi un dossier auprès du ministère de la Culture français il y a deux ans.

Après étude de mon travail sur la langue et l’histoire des Marquises, le Ministre a décidé que je méritais cette médaille, ou plutôt que tout ce travail méritait d’être récompensé.

C’est donc à trois personnes au moins auxquelles je dois adresser mes remerciements.

- les 1ers remerciements vont à notre administrateur d’État sans lequel mon travail n’aurait pas été connu des autorités à Paris.

- les 2èmes vont au Ministre de la Culture français, Franck Riester, qui a signé le décret me conférant le grade de chevalier des Arts et des Lettres le 12 mars de cette année.

- les 3èmes vont à Yvonne, ce pilier de la culture marquisienne, qui m’a remis cette médaille car elle possède le grade bien supérieur au mien de Chevalier de l’Ordre national du Mérite reçu des mains du Haut-Commissaire en 1996, en même temps que Lucien Roo Kimitete.

Comme j’ai reçu cet honneur à cause de mon travail sur la langue, je vais maintenant m’exprimer en langue marquisienne.

(Le texte en marquisien reprend l’essentiel de ce que je viens de dire. Dans la da dernière partie concernant la langue, je fait part de mon inquiétude au terme de 24 ans de présence aux Marquises. La langue se perd parmi les plus jeunes parce qu’elle n’est plus transmise au sein des familles. Si la langue disparait, c’est l’âme marquisienne qui disparaîtra avec elle.)

                                                          §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Kāòha nui tātou paotū !

Me he mea ta ù i peàu iho nei, e haameitaì atu nei au i te hau farani me te komanā Thierry no te vaièiìa mai i tēnei hetū meìa i ta ù hana i ùka o te èo ènana atii me te âkakai o te Henua ènana.

Totahi atu, e haameitaì atu nei au ia Yvonne no te tāmauìa mai i hua hetū ma te tīputaèe koè i to ù kaokao…

O Yvonne, te pou tū ananu o te haaènana i Hatiheù me Nukuhiva paotū. U hei nui ia haakoàkaìa mai tēnei hetū mei òto mai o to òe iho ìima, ē Yvonne ; koùtaù nui ia òe !!!

                                                         §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

I tēnei, a tiòhi tātou ia tātou iho !


Ma vāveka o tātou, e hia ènana te i hee io nā mou hakaìki Edwin me Kamake no te haameitaì atu ia âua no ta âua hana no tātou, na tātou, ma mua o to âua mateìa ?

Ma vāveka o tātou, e hia ènana te i hee io te hakaìki Lucien Roo no te haameitaì atu ia īa no ta īa hana toko no tātou, na tātou, ma mua o to īa mateìa ?

Ma vāveka o tātou, e hia ènana te i hee io te èpikopo Hervé-Marie Le Cléac’h no te haameitaì atu ia īa no ta īa hana toko hatutau no tātou, na tātou ma mua o to īa mateìa ?

Aè au i hee ! Kāòha à !


Oia te tumu ua ao mai au ia ape te komanā i hua hetū no ù.

Ia hakaìte mai te ènana i to īa kāòha me to īa haataetae ia òe, umoì e titii, umoì  e haapakeka ; a apuu mai, a ao mai i tēnei vaetukia ! E hakatu tēnei o to tahipito kāòha ia òe.

Mei tēnei â, umoì tātou e tevee ! A hee tātou e haameitaì atu i te poì me Yvonne nei te i vaièi mai hakaea koè i to âtou ìi mea haameitaì aè i te pohuèìa o te tau tama ènana no Nukuhiva nei !

                                                         §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Tītahi tekao kē paoìa mei òto mai o to ù hōupo. Te èo ènana…

No te aha u koàka i te kooua haoè kiitea me au e tekao i te èo ènana ma te haahana koè i te ponatekao farani akoè à i te ponatekao tahiti ohia aè tekao i to âtou èo tumu te tau tōìki vaavaa ?


Ma te òaìa o to ù noho i Ùapou me Nukuhiva nei, a tekau ma hā èhua i tēnei, ua ìtemata au i te tū hakaùaìa o te haaènana : te tau haka, te patutiki, te tau Matavaa i teia èhua, i teia èhua ; ua hee i mua âtou paotū.

Te èo à, mea kē ananu ; ua topa iho, topa iho, totahi atu ma vāveka o te poì hou.

No te aha ? E aha te piò o tēnei hakatu kāòha koè i te èo tumu io âtou ?

Ia tiòhi au, na te mea àòè i tukuìa aè e te tau motua-kui, e te tau motua-kui tupuna i òto iho o te tau huaahaè.


Mea nui te tau haaènana i avaiìa mai e te tupuna, te poì kākiu : te hana haatiki, te haka, te patutiki, te èo ènana …


Mea nui te tama ènana te i ìte i te hana haatiki, atika à aè te tau ènana paotū tē haatiki nei pō te pō, â te â, â te pō, pō te â !

Mea nui te tama ènana te i ìte i te haka, atika à aè te tau ènana paotū tē haka nei pō te pō, â te â, â te pō, pō te â !

Mea nui te tama ènana te i ìte i te patutiki, atika à aè te tau ènana paotū tē patu nei i te tiki, pō te pō, â te â, â te pō, pō te â !


Te èo ènana à, oia te taetae tupuna anaiho e koàka ia tātou tikitahi te haahana, te tekao atu paotū te â, pō te pō, â te â, pō te â !

O te èo ènana te puu, te touà haatahi, tuitahi ia tātou nui me te tau tupuna me Keikahanui, me Kiatonui, me Pākoko, me Temoana, me Vaekehu…


Ma nā e ùa hānere èhua i pao atu nei, e aha à te nuiìa o te kōhii haamamae haamakaka haatopaìa i ùka o te tau tama ènana, koè nui te èo i kaò.

Me te tau haìna òouià o tēnei tai hou, e kaò oti te èo ènana ? Na tātou ta tātou te vaeìa.


Mea haapao i ta ù nei tekao, e tahi o ù hia ia tātou.

A ùmihi tātou pehea pehea te tuku aè, tuku aè i te èo ènana i ta tātou tau tōìki, ta tātou tau tama !

O te èo ènana te kuhane o te huaa ènana. Ia kaò te èo, e kaò ai te kuhane o te tama ènana ; ia kaò te èo, e kaò ai te hakatu tumu o te tama ènana.

A oho ananu te ìi oa tupu tena hana hauhau !


Te hono paoìa :

E tahi henua, te henua ènana, huiii !

E tahi huaa, te huaa ènana, huiii !

E tahi èo, te èo ènana, huiii, huiii, huiiiaaa !!!


Ua pao ta ù tekao,

Koùtaù nui i te hakaòkoìa mai.

 

Rédigé par / Patuìa e Jacques Iakopo Pelleau

 

Comments est propulsé par CComment